SEO : ce que Google n'aime pas voir, recommandations aux webmasters

Guide des mauvaises pratiques : quelles sont les techniques qui enfreignent les consignes et recommandations officielles de Google aux webmasters ? En voici 7.

Précision utile : toutes ces techniques sont censées s'exposer à des pénalités de Google. Cependant, certains observateurs ne manqueront pas de constater que certains sites les pratiquent en toute impunité...

Par Virgile Juhan JDN http://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/mauvaises-pratiques-seo/?utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ML49_Sp%C3%A9cialSEO:Mau


Le cloaking : tromper Google en dissimulant du contenu


Le "cloaking" consiste à présenter aux internautes un contenu différent de celui destiné aux moteurs de recherche.Cette technique de dissimulation constitue depuis longtemps une infraction aux consignes de Google.
Exemple officiellement condamné de cloaking : du texte ou des mots clés sont insérés dans une page, seulement si le user-agent qui demande la page correspond à un moteur de recherche, et non à un internaute.

Les multiples liens "sans cohérence"

Après Google Penguin, Mountain View a réactualisé ses consignes, notamment celles condamnant les "systèmes de liens" et donc les liens artificiels.
Ainsi, elles fustigent désormais les "liens insérés dans des articles sans trop de cohérence", et donnent un exemple assez clair de mauvaise pratique

Spammer les commentaires et forums de liens

La technique qui consiste à publier le plus possible, dans les forums, mais également dans les commentaires, en apportant rien sauf des ancres optimisées et un lien pointant vers le site à référencer, a aussi fait son entrée en octobre dernier dans les mauvaises pratiques dénoncées par Google.
Le moteur appelle cela les "commentaires de forum incluant des liens optimisés dans le message ou la signature."

Le contenu généré automatiquement et sans aucun sens

Le "contenu généré automatiquement", c'est-à-dire "tout contenu généré par des programmes", figure aussi parmi les mauvaises pratiques officiellementdénoncée par Google.
Plus précisément, "il s'agit généralement de paragraphes de texte aléatoire qui n'ont aucun sens pour le lecteur, mais qui peuvent contenir des mots clés de recherche".

Les liens dofollow achetés

Google ne cesse de répéter  que la vente  ou l'achat de liens qui passent du PageRank, c'est-à-dire en dofollow, est contraire à ses consignes. Les sites enfreignant cette règle s'exposent à des pénalités, et peuvent voir certaines de leurs pages désindexées. C'est d'ailleurs ce qui est arrivé récemment à Interflora.
Google a aussi précisé par deux fois ces dernières semaines  que le publi-rédactionnel ne devait pas non plus utiliser ces liens dofollow.

Les liens abusifs embarqués dans les widgets et plugins

Google n'apprécie guère les "liens intégrés dans des widgets distribués sur plusieurs sites". Le moteur les cite parmi les "exemples courants de liens artificiels" qui ne respectent pas ses consignes.
Le chef de la lutte antispam du moteur, Matt Cutts, a aussi critiqué les infographies de faible qualité embarquant ces liens intégrés et pointant vers un site sans rapport, qui apparaissent sans le consentement de ceux qui les relaient.
A noter enfin que certains plugins, sur WordPress  par exemple, peuvent aussi parfois intégrer ce type de liens.

L'accumulation de mots clés

L'accumulation de mots clés, aussi appelés keyword stuffing, consiste, selon la définition officielle de Google "à inonder une page Web de mots clés dans le but de manipuler le classement d'un site dans les résultats de recherche". Cela peut, prévient le moteur "nuire au classement de votre site".
A noter que Google avait notamment cité  cette technique parmi celles devant être pénalisées par Google Penguin.


Ce guide des mauvaises pratiques n'est pas exhaustif. Toutes les techniques mentionnées ont été officiellement condamnées par Google, souvent dans ses consignes officielles aux webmasters.Précision utile, à nouveau : même si certains en usent et en abusent avec succès, toutes ces techniques s'exposent à des pénalités de Google.



Rédigé par Paul Bisgambiglia le Lundi 16 Septembre 2013 à 10:36 | Lu 688 fois